En 2001, j’ai réalisé ce reportage alors que le débat faisait rage, à Marseille, sur l’éventualité de bâtir une « grande mosquée », sur le modèle de ce qui s’est fait à Lyon ou à Paris ; Question légitime dans une ville peuplée à l’époque par deux cent mille musulmans, et qualifiée de « Porte de l’Orient ». J’avais alors décidé de témoigner de ce qu’étaient les lieux de prières dévolus à la deuxième religion de France, et j’avais découvert que la plupart étaient des locaux vétustes, submergés par le nombre de fidèles qui s’y pressaient tous les vendredis, au point de les voir prier à même la chaussée, faute de place à l’intérieur. Le maire de la ville, Jean-Claude Gaudin, affichait sa volonté de céder un terrain à construire, et son embarras à trouver un interlocuteur représentatif de l’ensemble des croyants, différentes fédérations d’imams se disputant cette prérogative.. Les luttes politiques semblaient alors loin des désirs des simples croyants, qui souhaitaient avant tout des lieux de prières dignes, et de vrais cimetières confessionnels ; force est de constater qu’aujourd’hui, le contrat n’est toujours pas rempli.